Республика Казахстан, г.Нур-Султан,
ул. А.Бектурова 3/1, офис 83
+7 717 2 78 35 69, opinions@opinions.kz

L'INFORMATION SUR L'INSTITUT DE RECHERCHE «OPINION PUBLIQUE»
L'Institut de recherche «Opinion publique» a été créé en 2013 par un groupe de sociologues ayant une expérience professionnelle de plus de 22 ans. L'Institut est spécialisé dans l'étude de l'opinion publique, effectue des recherches marketing et sociologiques, aussi bien au Kazakhstan que dans d'autres pays du monde. Des experts sociologues hautement qualifiés de l'Institut ont une expérience de la recherche dans les pays d'Asie centrale, en Europe occidentale, en Russie, en Chine, en Mongolie, en Turquie, aux États-Unis, au Canada, etc.
Les employés de l'Institut de recherche sont membres des réseaux professionnels internationaux - European Society of Marketing Research Professionals ESOMAR (www.esomar.org), World Association for Public Opinion Research (WAPOR), l'Union des sociologues des pays turcophones, WVS (le Projet mondial sur l'étude des valeurs).

En 2018, l'Institut est devenu membre de WVS-7 (le Projet mondial sur l'étude des valeurs), après avoir réalisé la septième vague du projet au Kazakhstan. Le programme de recherche «Valeurs mondiales» (World Values Survey) est le plus grand programme scientifique international dans le monde et le réseau de recherche dans le domaine de la sociologie et des sciences sociales en général, ainsi qu'un projet pour étudier les systèmes de valeurs et changer les valeurs en particulier. En mai 2018, l'Institut de recherche «Opinion publique» et l'Organisme de recherche «Valeurs mondiales» (l'Autriche, Vienne) ont organisé l'Atelier scientifique «Valeurs mondiales» (1981-2018): Exploring the Cultural Change. Organization, History, Findings. Les intervenants à l'Atelier scientifique: prof. Christian Herpfer - le président de l'Association de recherche «Valeurs mondiales» (WVSA) et Dr. Ksenia Kizilova, le chef du secrétariat de l'Association de recherche «Valeurs mondiales».

Dans ses recherches, l'Institut de recherche «Opinion publique» est guidé par les règles et normes d'ESOMAR (www.esomar.org). Un certain nombre des employés de l'Institut ont suivi le cours de l'Université du Kansas sur l'éthique lors du travail avec les répondants et ont reçu un Certificat (Certificat: Collaborative institutional training initiative (CITI Program).

L'Institut dispose d'un réseau permanent d'intervieweurs au Kazakhstan et dans les pays d'Asie centrale, entretient des partenariats avec des instituts de recherche des pays de la CEI et des autres pays du monde. Un domaine d'activité spécial de l'Institut «Opinion publique» est le travail scientifique. Les employés de l'Institut participent constamment à la recherche fondamentale académique, publient régulièrement des articles dans diverses revues scientifiques du monde. En partenariat avec un certain nombre de structures analytiques mondiales de premier plan, ils partent en stage et échangent leurs expériences dans des organisations internationales spécialisées. En outre, des étudiants, des étudiants de premier cycle et des doctorants des principales universités du Kazakhstan et de plusieurs pays étrangers suivent des stages à l'Institut.
L'Institut de recherche effectue des recherches sociologiques en utilisant des méthodes quantitatives et qualitatives pour collecter des informations. L'Institut entreprend des recherches à l'aide de tablettes, d'ordinateurs portables et de téléphones portables.

Pour résoudre des problèmes de recherche complexes, les sociologues de l'Institut développent de nouvelles méthodes de recherche, y compris des méthodes de recherche sous forme d'expéditions sociologiques, en utilisant des méthodes interdisciplinaires. Si nécessaire, des experts dans divers domaines sont également impliqués.

L'Institut organise régulièrement des Réunions d'experts avec des chercheurs renommés, des experts et des scientifiques du monde entier. Les scientifiques, chercheurs, représentants des structures analytiques étatiques et non étatiques, étudiants de premier cycle, doctorants sont invités. Des réunions d'experts se tiennent depuis 2012.

Dans le cadre des VII et VIII Forum économiques d'Astana (mai 2014, mai 2015), une table ronde sur la «Perception publique de l'intégration eurasienne» s'est tenue, organisée par le Centre d'études sur l'intégration de la Banque eurasienne de développement et l'Institut de recherche «Opinion publique».

Depuis 2016, l'Institut organise régulièrement des Ateliers scientifiques sur la migration en partenariat avec l'École des sciences naturelles, sociales et humaines de l'Université Nazarbayev.

Dans ses travaux, l'Institut de recherche «Opinion publique» utilise de diverses méthodes de collecte d'informations

Les méthodes quantitatives de collecte d'informations:

– Les entretiens personnels (face à face)
– Les entretiens téléphoniques
– Les études de panel
– Exit-poll

Les méthodes qualitatives de collecte d'informations:
– Les groupes de discussion
– Les entretiens approfondis
– Les interviews biographiques narratives
– Les études documentaire
– L'audit de détail
– Hall-test
– Mystery Shopping
– Les observations
– Les sondages d'experts
– Les sondages d'experts internationaux

UN CERTAIN NOMBRE DE PROJETS DE RECHERCHE DE L'INSTITUT:
LA RECHERCHE MONDIALE DES VALEURS - VAGUE 7 (ENQUÊTE SUR LES VALEURS MONDIALES - VAGUE 7) (2017-2018).
La «Recherche sur les valeurs mondiales» est un projet international qui étudie les orientations culturelles et les valeurs de la société. L'étude est menée depuis 1941 et, selon les données de 2018, six vagues ont été effectuées dans plus de 90 pays. En 2018, l'Institut de recherche «Opinion publique» a participé à la septième vague de la recherche. Le but de cette étude est d'étudier les valeurs et les croyances des gens, leur stabilité ou leurs changements dans le temps, ainsi que leur impact sur le développement social et politique de la société. L'enquête a été effectuée auprès de 1 200 répondants citoyens de la République du Kazakhstan âgés de plus de 18 ans, vivant dans 14 régions et les villes d'Astana, d'Almaty et de Shymkent.

LA JEUNESSE DE L'ASIE CENTRALE 2014-2015.
Le projet de recherche du Bureau de représentation du Fonds de Friedrich Ebert en Asie centrale, visant à étudier la jeune génération de la région d'Asie centrale dans la réalité d'aujourd'hui: son style de vie, ses visions et ses valeurs, le niveau d'auto-identification et de tolérance envers les autres, la détermination de ses humeurs et de ses aspirations, ainsi que son attitude envers la politique et l'intégration avec les pays voisins. Le projet 2014-2016 s'est tenue conjointement avec l'Institut de recherche «Opinion publique». L'étude se concentre sur les jeunes âgés de 14 à 29 ans. L'enquête a été effectuée dans les pays d'Asie centrale: le Kazakhstan, le Kirghizistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan, auprès d'un échantillon de 1000 répondants dans chaque pays, sous la direction de l'IR «Opinion publique» conjointement avec les instituts de recherche d'Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Kirghizistan.

TURKBAROMÈTRE - ENQUÊTE DANS LES PAYS TURCOPHONES (2017-2018).
En 2017, le projet «Turkbaromètre» a été lancé dans les pays turcophones: le Kazakhstan, la Turquie, l'Azerbaïdjan, le Kirghizistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan, à la demande de l'Académie internationale turcique. Le sujet de la recherche est les intérêts de la population des pays turcophones concernant l'auto-identification, la langue, la culture et le paysage culturel, la littérature, la science et l'éducation, les sports, la nature, les coutumes et les rituels des pays turcophones. La deuxième enquête nationale a été effectuée en juillet-août 2018 dans cinq pays turcophones: l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Turquie, l'Ouzbékistan. L'enquête a été effectuée sur un échantillon représentatif, dans chaque pays 1 000 répondants ont été interrogés. Le nombre total de répondants était de 5084 répondants. L'enquête a été effectuée auprès de représentants des groupes ethniques turcophones – les azerbaïdjanais, les kazakhs, les kirghizes, les et les ouzbeks. L'étude a été effectuée par une équipe internationale de chercheurs de cinq pays participant au projet. Les résultats de l'étude ont été présentés aux présidents des pays turcophones lors du VI Sommet des chefs d'État du Conseil de coopération des pays turcophones, qui s'est tenu à Cholpon-Ata (le Kirghizistan) en septembre 2018.

LES EXPÉDITIONS SOCIOLOGIQUES POUR ÉTUDIER LA DIASPORA KAZAKHE
Selon la méthodologie développée par les employés de l'étude de la diaspora kazakhe, des études sociologiques de la vie des Kazakhs de souche résidant à l'étranger depuis 2005 sont réalisées. Des enquêtes ont été effectuées en Europe occidentale (de 2005 à nos jours), en Arabie saoudite (2009), en Turquie (de 2008 à nos jours), en Mongolie (2011, 2019), en Chine (2012-2019). ), en Ouzbékistan (2013), en République de l'Altaï et au territoire de l'Altaï de la Fédération de Russie (2014), dans les régions de Novossibirsk et d'Omsk de la Fédération de Russie (2015), dans la région d'Orenbourg (2016), dans la région d'Astrakhan (2017), dans les régions de Saratov et de Volgograd (2018) et dans plusieurs autres pays.
Pendant 9 ans, une recherche sociologique annuelle a été effectuée auprès de la diaspora kazakhe sur ordre du ministère de l'Information et du Développement social de la République du Kazakhstan. Des expéditions sociologiques ont été organisées en Mongolie (2011), en Chine (2012), en Ouzbékistan (2013), en Russie - en 2014 dans la République de l'Altaï et le territoire de l'Altaï, en 2015 dans les régions d'Omsk et de Novossibirsk, en 2016 dans la région d'Orenbourg, en 2017 dans la région d'Astrakhan, en 2018 dans les régions de Saratov et de Volgograd, en 2019 en République kirghize. Au cours de l'expédition sociologique, des enquêtes auprès des Kazakhs de souche, des entretiens approfondis et narratifs sont effectués, une banque de photos et de vidéos est en cours de collecte.

LE PROJET «LA RECHERCHE ANALYTIQUE ET INTÉGRÉE SUR LA POLITIQUE DIASPORALE ET L'ÉTUDE DES PROBLÈMES DES KAZAKHS RÉSIDANT À L'ÉTRANGER (LA FÉDÉRATION DE RUSSIE, LA RÉPUBLIQUE D'OUZBEKISTAN, LA RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGNE, LES ÉTATS-UNIS, LA MONGOLIE)»
En 2019, un projet a été réalisé sur Commande de la Société anonyme à but non lucratif «Fondation Otandastar» sur le thème: «Services pour effectuer la recherche analytique et intégrée sur la politique diasporale et étudier les problèmes des Kazakhs résidant à l'étranger (la Fédération de Russie, la République d'Ouzbékistan, la République populaire de Chine, la République fédérale d'Allemagne, les États-Unis, la Mongolie)». Le but de la recherche sociologique: l'étude du statut socio-économique et du bien-être de la diaspora kazakhe résidant à l'étranger (la Fédération de Russie, la République d'Ouzbékistan, la République populaire de Chine, la République fédérale d'Allemagne, lesÉtats-Unis d'Amérique, la Mongolie). La méthodologie de recherche est basée sur l'utilisation intégrée des méthodes quantitatives et qualitatives de collecte d'informations (1300 entretiens avec des répondants d'origine kazakhe ont été effectués, 300 entretiens approfondis).

LE PROJET «ANALYSE DE LA SITUATION DES ENFANTS AFFECTÉS PAR LA MIGRATION EN ASIE CENTRALE»
En 2019, le groupe de travail de l'Institut a réalisé un projet de recherche commandé par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance au Kazakhstan (UNICEF) et le Public Policy and Management Institute (Vilnius, la Lituanie) sur le thème: «Analyse de la situation des enfants affectés par la migration en Asie centrale». Cette étude a été effectuée en Fédération de Russie par l'École supérieure d'économie et en République du Kazakhstan par l'Institut de recherche «Opinion publique». Ce projet fait partie d'un programme à grande échelle du Fonds des Nations Unies pour l'enfance et de l'Union européenne sur la protection des enfants affectés par la migration en Asie centrale, en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est.
L'objectif principal de l'étude est de mettre à l'ordre du jour la question des enfants affectés par la migration en Asie centrale afin d'identifier efficacement leurs besoins de protection, de promouvoir leurs droits et de faire des recommandations pour résoudre ces problèmes.
L'étude a été effectuée selon une méthodologie unifiée développée conjointement par des représentants du Fonds des Nations Unies pour l'enfance au Kazakhstan, Public Policy and Management Institute, du groupe de travail de l'Institut de recherche «Opinion publique» et des chercheurs russes. L'échantillon au Kazakhstan - 200 enquêtes sur les diverses catégories auprès des travailleurs migrants et de leurs enfants, originaires du Tadjikistan, d'Ouzbékistan et du Kirghizistan, ainsi que 75 enquêtes auprès des experts et des organisations.

PIAAC - PROGRAMME D'ÉVALUATION INTERNATIONALE DE LA COMPÉTENCE DES ADULTES (Programme for the International Assessment of Adult Competences) (2016-2017)
PIAAC est un projet international unique dont le but est d'évaluer et de comparer les aptitudes et compétences de base des adultes en âge de travailler. Le programme est coordonné par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et mis en œuvre par le Consortium, qui comprend des organisations internationales de premier plan dans le domaine de l'éducation (Westat, cApStAn, ROA, GESIS, DIPF, IEA). L'évaluation des compétences des adultes est effectuée dans le monde depuis 1995. Le programme PIAAC a été mis en œuvre dans 24 pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis, l'Australie, la Corée du Sud, le Canada, la Finlande, la France, l'Allemagne, le Japon, les Pays-Bas, la Russie et d'autres. Le projet PIAAC est coordonné par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le coordinateur national du PIAAC au Kazakhstan est la SA «Centre d'information et d'analyse» du Ministère de l'éducation et des sciences de la République du Kazakhstan.
En 2016, le Kazakhstan a participé pour la première fois au programme PIAAC. En 2016, une étude test a été réalisée par l'Institut de recherche «Opinion publique» pour tester les outils (1765 répondants âgés de 16 à 65 ans, l'enquête a été effectuée sur les ordinateurs portables, la durée moyenne des entretiens était de 3 heures).
En 2017, une partie de l'étude principale a été réalisée par l'Institut de recherche «Opinion publique» (1720 répondants âgés de 16 à 65 ans, l'enquête a été effectuée sur les ordinateurs portables, la durée moyenne des entretiens était de 3 heures). En 2019, selon les résultats de l'étude, l'OCDE a présenté le rapport comparatif par pays (PIAAC international report).
Tilda Publishing
© 2013-2020. Исследовательский институт «Общественное мнение»
При использовании материалов ссылка на исходную страницу www.opinions.kz обязательна.